Skip to content

Vers une économie circulaire verte inclusive en Afrique, du point de vue d'un Switcher

SwitchMed a offert au Switcher libanais, fondateur de l’unité de production durable de champignon de qualité «Lili's farm», l’occasion de participer au deuxième forum régional SWITCH Africa Green, à fin de partager ses défis, ses leçons et expériences ainsi que de créer une synergie et des complémentarités avec les parties prenantes africaines impliquées dans le développement des entreprises vertes et les activités CPD. Nous avons interviewé notre Switcher libanais Wissam Mansour pour vous, Voici son expérience.
Publié le 30/10/2018

Related CornerPages:

Related Countries:

Vers une économie circulaire verte inclusive en Afrique, du point de vue d'un Switcher

Wissam Mansour participant à la session "Responding to regional priorities in the Mediterranean"

Switch Africa green, Switch-Asia et SwitchMed financés par l'Union européenne favorisent des économies productives, circulaires et en partage dans leurs régions respectives. Dans ce contexte, le deuxième forum de réseautage régional SWITCH Africa Green a fourni une plate-forme de discussion pour la promotion d'un environnement favorable aux entreprises vertes en Afrique dans son ensemble. Le forum qui s'est tenu à Ouagadougou, au Burkina Faso, les 3 et 4 octobre 2018, a exploré les possibilités d'accroître et de reproduire les expériences réussies dans tous les programmes Switch. Découvrez cet événement majeur de réseautage à travers les yeux de notre entrepreneur vert en phase d'incubation Wissam Mansour.

 


Docteur Wissam, quelle est votre opinion sur votre participation à cet important événement de réseautage?

En Afrique, la production durable dans le secteur agricole est centrée sur des produits particuliers et traditionnels pour lesquels des études sur les chaînes de valeur deviennent très pertinentes et fréquentes en ce moment. L’enracinement des entreprises vertes dans la culture locale et la richesse naturelle sont fascinants en Afrique; le mont Le café Rwenzori en Ouganda, les sous-produits du karité burkinabé, le tissu à base de banane et le biogaz ainsi que d’autres produits kényans font tous partie d’un système durable de production et de consommation axé sur le développement local et régional et bénéficiant du soutien international disponible.


    
«Switch Africa Green m'a exposé de manière plus approfondie à l'environnement plus vaste des entreprises et de l'économie verte.» Wissam Mansour, fondateur de Lili's Farm

J’ai personnellement rencontré des gens du Ghana et de Maurice qui étaient très intéressés par les systèmes de contrôle du climat et de culture de champignons développés par Lili’s Farm; D'autre part, l'un des rares producteurs de champignons au Burkina Faso est venu à ma rencontre et nous avons échangé des expériences et des perspectives pour une meilleure production de champignons ainsi que des stratégies et techniques de culture.

Le financement plutôt limité disponible pour les entreprises vertes africaines fait entrer plus de talent dans les valeurs inhérentes à la production et à la consommation durables. Les chaînes de valeur étendues à travers les produits africains rappellent les potentiels similaires des produits méditerranéens traditionnels qui ont un potentiel égal. Bien que, par le passé, des produits tels que les olives méditerranéennes se soient transformés en une longue chaîne de production et de consommation, l’agriculture verte reste toutefois individualiste en Méditerranée et on pourrait beaucoup apprendre de l’esprit de groupe qui participe à des projets verts à grande échelle au niveau national en Afrique.

Avez-vous une idée du paysage financier des entrepreneurs verts en Afrique?

La nécessité d'un accès équitable au financement était un résultat évident de ma participation au forum regional de Switch Africa Green. Alors que le mouvement vers une économie verte est en train de naître par le biais de projets à grande échelle tels que ceux financés par l'UE, il est inévitable que les institutions financières adaptent leurs offres pour accéder à cette économie et sécuriser leurs forteresses. Les divers flux financiers qui en résultent au sein de l’économie verte au sens large doivent être examinés, en particulier en ce qui concerne le niveau d’accès au soutien financier vert au niveau national ou au niveau des PME grace à leur capacité à détourner le passage au vert de son agenda vers des objectifs non durables où le petro-dollar et des systèmes financiers non viables risquent de les nuire. Le secteur de la finance durable devient ici plus important que jamais et le passage à des programmes verts et similaires doit aborder la recherche sur le financement vert durable de manière plus stratégique.

La nécessité d'un accès équitable au financement était un résultat évident de ma participation au forum de Switch Africa Green. Alors que le mouvement vers une économie verte est en train de naître par le biais de projets à grande échelle tels que ceux financés par l'UE, il est inévitable que les institutions financières adaptent leurs offres pour accéder à cette économie et sécuriser leurs forteresses. Les divers flux financiers qui en résultent au sein de l’économie verte au sens large doivent être examinés en particulier au niveau de l’accès au soutien financier vert aux niveaux national ou des PME. En fait, les PME ont la possibilité de détourner le passage au vert si elles sont financées par des pétrodollars et des systèmes financiers non viables. Le secteur de la finance durable devient ici plus important que jamais et le passage à des programmes verts et similaires doit aborder la recherche sur le financement vert durable de manière plus stratégique.


Vous souhaitez avoir une vue d'ensemble et une vision critique des défis perçus par notre Switcher concernant l'histoire du développement de l'Afrique qui influence directement son passage à l'économie verte? Vous les trouverez dans son article "Émergence et Némésis dans l’économie verte en développement en Afrique" sur son blog en cliquant [ici].

L’objectif général de SWITCH Africa Green est d’aider six pays d’Afrique à réaliser un développement durable en s'engageant dans la transition vers une économie verte et inclusive, fondée sur des modes de consommation et de production durables, tout en générant de la croissance, en créant des emplois décents et en réduisant la pauvreté. Cet objectif sera atteint grâce à un soutien à la croissance verte inclusive menée par le secteur privé.